Dystopia

Jydérie en approche


Les deux jeux de rôle qui inaugureront la collection Jydérie sont en cours de finalisation ! Les maquettes sont quasiment terminées, les illustrations intérieures sont magnifiques… encore quelques derniers détails à régler et ils seront prêts à partir chez l’imprimeur.

Quant aux couvertures, les voici : "Je suis une légume" s'est emparée de Bois Dormant – vivre avec les ronces de Melville ; Laurent Rivelaygue de La Clé des nuages / La Clé des songes de Felix "kF" Beroud et Côme Martin. Nous vous laisserons découvrir le reste de chaque illustration quand vous aurez les livres en main... vous ne serez pas déçus.

 


Ouverture des précommandes : en janvier prochain !

Si vous êtes libraire, journaliste, blogueur ou blogueuse et que vous souhaitez lire les textes avant leur sortie, nous vous enverrons le PDF de la maquette sur simple demande par mail.

Encore quatre petits mois d'attente... pour en finir avec 2020 et commencer 2021 en beauté.

 

Précommandes des nouveautés Callidor ouvertes !


À partir du 1er octobre, Dystopia prendra en charge la diffusion et la distribution de Callidor. Vous pouvez donc recevoir chez vous ou passer récupérer à la librairie Scylla n'importe quel titre des éditeurs dont s'occupe l'association.

Vous pouvez aussi précommander les deux nouveautés à paraître le 15 octobre prochain :
Le Fort intérieur de Stella Benson
Soroé, reine des Atlantes de Pierre-Barthélémy Gheusi & Charles Lomon

(forfait de 3 € de participation aux frais d'emballage et de port que vous achetiez 1 ou 10 livres via le Dystosite).

Tout le catalogue Callidor est disponible ici. Vous avez jusqu'au 1er octobre minuit pour valider vos commandes pour les deux nouveautés.

 

 

Une chronique sur Ainsi naissent les fantômes

Sur mes brizées est parti à la découverte d'Ainsi naissent les fantômes de Lisa Tuttle. Et bien lui en a pris, puisque le recueil semble avoir vaincu ses réticences initiales :

"Lisa Tuttle s’y entend pour braquer sa lampe torche sur les zones d’ombre de notre quotidien. Elle aime faire voler en éclats notre environnement rassurant et voir déraper nos vies ordinaires vers d’insondables et inquiétants gouffres d’incertitude, au fond desquels les pires terreurs peuvent se cacher."

 

Pour lire la chronique complète, vous pouvez cliquer ici !

10 ans de Dystopia : 10 SP papier et 10 SP numérique à réclamer chaque mois - 15


Pour nos 10 ans, les festivités du 10 du mois se poursuivent ici.

Cette opération s'adresse avant tout aux libraires, bibliothécaires, journalistes, blogueurs ou blogueuses. Si vous n'êtes rien de tout ça, vous pouvez toujours tenter votre chance.

Après Cru, luvan compose un deuxième recueil avec pour thème principal les migrations dues au réchauffement climatique et le monde tel qu'il peut devenir. 

Few of us se divise en trois parties "Pendant", "Après" et "Plus tard", commence dans le fantastique et bascule dans une anticipation toute personnelle.

Anne sur Un dernier livre avant la fin du monde en disait ceci :

"Ce recueil oscille entre fantastique et anticipation, entre éléments contemporains et atmosphère post-apocalyptique. Comme chez Volodine par exemple, on trouve les échos sourds de révolutions avortées, de guerres passées mais jamais vraiment terminées (“Pierre-Feuille-Ciseaux”), mais aussi les échos de catastrophes à venir, de nouvelles maladies dont les signes avant-coureurs n’alertent que les fous qui y prêtent attention (“Nul n’est prophète”). De nombreux indices font également signe vers notre présent : l’itinéraire d’une clandestine latino-américaine dans le désert frontalier (“L’ombre”), une opération hybride de déminage et de fouilles archéologiques en Érythrée (“Mahrem”), les vestiges sordides d’un complexe olympique à Athènes (“L’ombilic”)… Autant de références à une actualité terrible et parfois insoutenable. Mais aussi, systématiquement, le souci de donner la parole aux perdant.e.s, aux orphelin.e.s des récits officiels et à cell.eux qui lui résistent.

[...]

luvan atteint ainsi, peut-être, le plus haut degré du fantastique : celui où la langue seule est tangible, au point qu’elle prend le pas sur le réel comme seul compas du vrai. On rejoint là, au fond, une des fonctions du langage, qui de fait modèle la réalité – en ça, rappelons-le, le langage est idéologique. En ça aussi, donc, la littérature, quand elle explore de nouvelles manières de raconter des histoires, plutôt que de resservir les mêmes structures, les mêmes vieux modèles pour dire et faire les mondes, est création politique."

Si vous êtes libraire, bibliothécaire, journaliste, blogueur ou blogueuse, vous pouvez réclamer ce SP (en précisant si vous souhaitez le recevoir en version papier ou en version numérique).

Il y en aura seulement 10 de chaque version à votre disposition. Ne traînez pas !

N'oubliez pas de vous inscrire à la Dystonewsletter pour ne rien manquer des festivités.

On se retrouve le 10 du mois prochain pour le titre suivant...

 

10 annonces pour nos 10 ans - épisode 5


2020 est une année bouleversée par l'épidémie. Beaucoup de décalages et de retards de toutes parts pour l'ensemble de la chaîne du livre.

Nous reprenons donc le cours de nos annonces pour mettre un peu de positif dans ce mois de septembre sous haute surveillance...

Dystopia prend en charge à partir du premier octobre la diffusion et la distribution de Callidor pour une première année de test. La maison, spécialisée dans la fantasy pré-Tolkien rejoint ainsi Le Visage Vert (avec qui elle partage un goût pour l'archéologie), Les Règles de la nuit et les éditions Scylla.

Vous les trouverez donc sur notre site et dans les librairies du Dystoréseau (et bien d'autres) avec deux belles nouveautés dont nous reparlerons très vite : Le Fort intérieur de Stella Benson et Soroé - Reine des Atlantes de Charles Lomon & P.-B. Gheusi.

Rendez-vous en octobre !

 


 

Nouvelle chronique pour Nuit de colère de Francis Berthelot


Et c'est un coup de cœur pour Mureliane ce cinquième roman du cycle !

Voici une chronique de Nuit de colère pour Les Chroniques de l'Imaginaire : 

"On retrouve ici les personnages rencontrés au départ dans L'ombre d'un soldat, ainsi que certains mis en scène dans Mélusath. Plus long roman du cycle jusqu'à présent, il en occupe le centre, et, d'une certaine façon, me semble en présenter toutes les caractéristiques : lyrisme et précision du style, imagination très personnelle de l'auteur dans la représentation des mondes intérieurs de chacun, et de leurs manifestations, fantastique discret, uniquement représenté ici par le pouvoir de Kantor, tout ceci s'appuyant en l'occurrence sur une construction solide, avec ces trois parties chacune divisée en onze chapitres. Les grandes incantations et lamentations du Requiem scandent tout le roman, à commencer par le titre, qui y fait une allusion assez typiquement inversée. Il peut se lire seul, mais on en appréciera mieux l'arrière-plan en ayant lu au moins les deux romans sus-cités."

Toute la chronique est ici.

L'intégrale du Rêve du démiurge de Francis Berthelot est désormais disponible en version numérique aussi bien qu'en version papier.

Vous avez jusqu'à la fin du mois d'août pour participer au concours et gagner entre autres des intégrales de ce cycle. Rendez-vous sur Les Chroniques de l'Imaginaire.

Pour télécharger gratuitement L'Ombre d'un soldat, c'est toujours par .

 

 

 

Nouvelle chronique pour Le Jeu du Cormoran de Francis Berthelot


Mureliane continue avec un bon rythme sa lecture de l'intégrale du Rêve du démiurge de Francis Berthelot en version numérique. Voici donc une chronique du quatrième roman du cycle pour Les Chroniques de l'Imaginaire :

"Ce roman se déroule quatre ans après Mélusath, dont il est la suite directe, et sept ou huit ans après Le jongleur interrompu, dont on retrouve certains personnages, vivants ou morts, Lily-Rhum appartenant aux deux arcs narratifs. De ce fait, même si on peut le lire seul, on l'appréciera sans doute davantage en étant bien au fait au moins de ces deux prédécesseurs.

On retrouve ici les caractéristiques du style fantastique de l'auteur, peu marqué, et de façon très originale, avec la double influence du surréalisme et de la psychanalyse : les peurs et les désirs des personnages se matérialisent, prennent chair et réalité, jusqu'à ce qu'eux-mêmes, comme le lecteur, soient confondus. C'est fait remarquablement, avec une langue à la fois souple, riche et précise, sans effet de manche superflu, et à la correction parfaite."

Toute la chronique est ici.

Vous avez jusqu'à la fin du mois d'août pour participer au concours et gagner entre autres des intégrales de ce cycle. Rendez-vous sur Les Chroniques de l'Imaginaire.

Pour télécharger gratuitement L'Ombre d'un soldat, c'est toujours par .

 

Nouvelle chronique pour Mélusath de Francis Berthelot


Suite à la publication toute récente de l'intégrale du Rêve du démiurge de Francis Berthelot en version numérique, voici une chronique du troisième roman du cycle signée Mureliane sur Les Chroniques de l'Imaginaire :

"Premier roman du cycle à appartenir franchement au genre fantastique, il a également la particularité de reprendre les fils de ses prédécesseurs, puisqu'on y croise à nouveau des personnages tant de L'ombre d'un soldat que du Jongleur interrompu. Si on y retrouve également le thème de la vérité des masques, c'est à un niveau différent. En effet, ici il s'agit de renouer avec l'intégralité de son passé, et sa propre vérité, sous la forme de sa douleur la plus enfouie, si l'on veut faire vivre un personnage sur scène, ou, plus généralement, créer.

Il n'est pas si fréquent, dans la littérature de l'imaginaire, de croiser des femmes mûres dans toutes leurs ambiguïtés et déchirures, même à l'heure actuelle, et c'était pire il y a vingt ans. Le talent avec lequel Berthelot réussit ce pari ici m'a impressionnée, et touchée, comme la finesse de la nuance qu'il sait mettre entre les femmes, au corps à la fois objectivable et menaçant, et le féminin, que l'on peut s'incorporer, justement.

En somme, avec ce troisième opus, le cycle prend une autre dimension, et confirme la maîtrise que les lecteurs de l'auteur lui connaissaient déjà dans d'autres genres."

Toute sa chronique est ici. Et la suivante ne devrait pas tarder...

Vous avez jusqu'à la fin du mois d'août pour participer au concours et gagner entre autres des intégrales de ce cycle. Rendez-vous sur Les Chroniques de l'Imaginaire.

Pour télécharger gratuitement L'Ombre d'un soldat, c'est toujours par .

 

 

Nouvelle chronique pour Le Jongleur interrompu de Francis Berthelot


Après L'Ombre d'un soldat, Mureliane poursuit sa lecture de l'intégrale du Rêve du démiurge de Francis Berthelot en version numérique. Voici sa deuxième chronique :

"On retrouve ici l'un des thèmes fréquents de l'auteur, celui de la vérité protéiforme : le fard révèle la vérité des êtres plus qu'il ne la dissimule, ou au moins en révèle-t'il une, qui sans cela serait restée cachée.

Il n'y a qu'un très léger parfum de fantastique dans ce beau récit court, très proche de la littérature blanche, qui décrit de façon à la fois pudique et précise la lente déchéance d'un corps humain en fin de vie."

Pour lire l'intégralité du billet, c'est ici. Avec toujours des intégrales à gagner sur Les Chroniques de l'Imaginaire...

 

 

Encore une chronique de Sur le fleuve


Et cette fois, c'est sur SciFi-Universe que ça se passe. Nathalie Z. semble avoir beaucoup apprécié le périple proposé par le roman de Léo Henry et Jacques Mucchielli :

"L’écriture est dense, sensuelle. Les chapitres consacré au « jaguar », je n’en révèlerai pas plus, sont emplis de poésie. Le style est travaillé pour un rendu élégant et malaisant, car le lecteur plonge aussi dans cette atmosphère et suit la traque, inquiet pour ces aventuriers perdus au plus profond de la forêt."

Pour lire la chronique complète, vous pouvez cliquer ici !

 

Billets plus anciens