Dystopia

Deux retours enthousiastes de plus !


Dans le cadre de notre opération "10 SP le 10 de chaque mois pour nos 10 ans", deux nouvelles découvertes de Nous qui n'existons pas de Mélanie Fazi :

"Honnêtement j’ai eu l’impression en lisant certains passages d’avoir été espionnée par l’autrice, et je me suis beaucoup retrouvée dans les interrogations soulevées par ce titre. S’accepter, s’affirmer et surtout oser en parler, je suis aussi passée par toutes ces étapes et voir que d’autres personnes ont été et sont même encore actuellement dans la même situation, c’est un soulagement immense quand on a eu l’impression d’être seule toute sa vie. Je ne m’attendais pas à grand-chose de ce témoignage mais je pense qu’il est tombé à une période importante de ma vie, et qu’il m’a fait du bien. Il fait du bien parce qu’on sent la réflexion derrière chaque mot qui tombe juste, parce qu’on sort complètement des clichés sur l’asexualité (« gneugneu mais tu ressens rien comme émotions alors ») et surtout parce que c’est un appel à s’accepter soi-même et les autres parce qu’il nous propose une autre perspective sur les orientations et tout ce qui est touché par ce mot."

Pour lire l'intégralité de la chronique d'Idées à lire, c'est par ici.

"Donc le lundi matin, elle dit elle-même « S'être dévoilée » en publiant sur son blog et sur les réseaux sociaux un billet qui s'appelait « Vivre sans étiquette » (texte qui se trouve dans son intégralité dans cet ouvrage). Le succès fut immédiat, je ne sais pas en réalité si le mot « succès » est particulièrement adapté. Beaucoup de messages de sympathie, d'amitié.
Elle revoit sa vie, souvent différente de celle des autres. Jeune fille, contrairement à ses camarades, elle ne regardait pas les garçons. Elle était plutôt attirée par les filles, d'une manière que l'on pourrait appeler de platonique.

Un très grand livre, sorte de mise à nu littéraire, pour ma part j'ai trouvé bien du bonheur à lire cet ouvrage que je conseille."

Pour lire celle d'Eireann Yvon, c'est pas .

Nous qui n'existons pas est toujours disponible en version papier et téléchargeable gratuitement en version numérique.

 

 

Rencontre avec Mélanie Fazi


Vendredi 22 novembre, à partir de 18 h 30 à la librairie Les Pipelettes 62, rue Carnot à Romainville (93), Mélanie Fazi vous parlera de littérature fantastique, de traduction et de Nous qui n'existons pas...

Elle sera accompagnée pour l'occasion de Laurence Jonard de la Dystoteam.

 

Les lauréats de la deuxième Bourse d'aide à la création Dystopia


Voici donc venu le temps des résultats de la deuxième Bourse d'aide à la création Dystopia :

Sébastien Juillard et son roman de fantasy viking : 95 points
Stéphane Perger et son art book Yirminadingrad : 72 points
Lise L. et son deuxième tome de Carpe Diem : 65 points
Nathalie Serval et son recueil d'inédits de Jonathan Carroll : 58 points
luvan et son nouveau recueil écrit en anglais : 52 points

C'est donc Sébastien Juillard qui remporte la bourse de 3 000 € et Stéphane Perger celle de 1 000 €. Félicitations à tous les deux !

Nous vous préparons une belle remise des Dystochèques au premier semestre de l'année prochaine.

Quant à la Bourse d'aide à la création 2020, elle est déjà sur les rails : nous avons déjà 2 820 € de promesses de dons et allons tout mettre en oeuvre pour attendre les 6 000 € qui permettront de réunir cette fois-ci 3 000 €, 2 000 € et 1 000 €.

 

 

 

 

10 ans de Dystopia : 10 SP papier et 10 SP numérique à réclamer chaque mois - 5


Les 10 ans de Dystopia, c'est en juin 2020, mais nous anticipons afin de pouvoir remettre en avant notre catalogue. Nous nous y prenons donc 1 an à l'avance et nous ferons durer cette opération durant toute l'année 2020 (voire peut-être un peu après...).

Cette opération s'adresse avant tout aux libraires, bibliothécaires, journalistes, blogueurs ou blogueuses. Si vous n'êtes rien de tout ça, vous pouvez toujours tenter votre chance.

Beaucoup de nouvelles publiées chez Dystopia en 10 ans...

L'Apocalypse des homards de Jean-Marc Agrati, notre troisième titre publié (et le dernier en impression numérique) vient aussi d'être réimprimé en début d'année comme Chants du cauchemar et de la nuit de Thomas Ligotti. Ainsi, l'intégralité de notre petit catalogue sera disponible pour nos 10 ans et pour longtemps...

Quand on lit du Agrati, on ne peut que penser à Bukowski, dans l'oralité très travaillée ou dans sa "pornographie non libidineuse" comme le dit si bien Jean-Marc. Mais L'Apocalypse des homards, c'est aussi de l'autobiographie et de la colère contre la grande entreprise et la société de consommation...

Vous aimerez ou vous détesterez. Violemment. Promis.

"Ce serait presque vous mentir de ne pas vous avouer que Jean-Marc Agrati est l'une des multiples raisons de la création de ce blog. À la lecture de ses premiers recueils de nouvelles, il peut arriver que l'on ressorte vidé et nauséeux comme après une gentille soirée de boisson entre potes dont la moitié seulement ne nous revient qu'en partie, des souvenirs de chien qui parle, de tank attaquant Paris, de hachoir géant, bref : un bad trip que l'on aimerait revivre encore et toujours pour le délire, même si c'est parfois malsain.

Quand on ressort de L'Apocalypse des homards, ça devient plus complexe. En refermant le recueil de 84 nouvelles (et "shots", comme les appelle l'auteur lui-même), il peut arriver de plonger dans une légère dépression postnatale. Ce sera le premier jour de votre nouvelle vie dédiée à trouver sur internet les anciens recueils épuisés, les potentiels inédits, la date des prochains titres à venir, car ce livre est une drogue, une drogue hallucinogène très puissante qui devrait être légalisée, que dis-je, légalisée ? Remboursée par la Sécu."

La suite, c'est sur le blog regretté Et mon cul c'est du polar.

Bref, vous connaissez la chanson, si vous êtes libraire, bibliothécaire, journaliste, blogueur ou blogueuse, vous pouvez réclamer ce SP (en précisant si vous souhaitez le recevoir en version papier ou en version numérique).

Il y en aura seulement 10 de chaque version à votre disposition. Ne traînez pas !

N'oubliez pas de vous inscrire à la Dystonewsletter pour ne rien manquer des festivités.

On se retrouve le 10 du mois prochain pour le titre suivant...

 

On rallonge de quelques jours le délai pour voter


Une dizaine de mécènes n'ayant pas pu voter pour diverses raisons, nous leur donnons un petit délai supplémentaire : ils auront donc jusqu'au dimanche 10 novembre minuit pour attribuer 3 points à leur dossier préféré, 2 points au deuxième et 1 au troisième.

Les lauréats seront annoncés ici même à la mi-novembre.

 

 

Deux retours sur Chants du cauchemar et de la nuit de Ligotti


Suité à l'opé de nos 10 ans : 10 SP le 10 de chaque mois, voici deux retours de lecture de Chants du cauchemar et de la nuit de Ligotti, recueil de nouvelles choisies, présentées et traduites par Anne-Sylvie Homassel (dont on peut lire l'excellent travail de fiction sous le nom Salzman).

Sur Diaspora Galactique :

"Une lecture en demi-teinte, donc. Cependant, je retiendrai surtout de ces Chants, le style magnifique de l’auteur. La noirceur des univers, les personnages souvent désespérés ou proches de la folie, et la superposition des rêves et de la réalité. Si vous aimez les textes de Poe et de Lovecraft, il y a de fortes chances qui vous soyez séduit par la musique sombre et cruelle de ces Chants du cauchemar et de la nuit."

Toute la critique est ici.

Et sur Eireann Yvon :

"Note : 4 / 5.
Noir c'est noir !
Noir comme la présentation très originale de ce livre, couverture très noire avec quelques lettres qui apparaissent ! Mais pas assez pour découvrir le titre et l’auteur.
Ce livre débute par une préface très instructive d'Anne-Sylvie Homassel, qui a également choisi, présenté et traduit ces textes. Ces quelques pages m’ont permis de découvrir cet auteur, navigant sur les mêmes rivages qu’Edgard Alan Poe et Lovecraft sans, pour l’instant, atteindre leurs notoriétés."

La suite de l'exploration nouvelle par nouvelle est par ...

 

10 ans de Dystopia : 10 SP papier et 10 SP numérique à réclamer chaque mois - 4


Les 10 ans de Dystopia, c'est en juin 2020, mais nous anticipons afin de pouvoir remettre en avant notre catalogue. Nous nous y prenons donc 1 an à l'avance et nous ferons durer cette opération durant toute l'année 2020 (voire peut-être un peu après...).

Cette opération s'adresse avant tout aux libraires, bibliothécaires, journalistes, blogueurs ou blogueuses. Si vous n'êtes rien de tout ça, vous pouvez toujours tenter votre chance.

Ce mois-ci, c'est au tour de Nous qui n'existons pas de Mélanie Fazi qui souffle sa première bougie.

Cette non-fiction, a priori totalement hors du champ de nos publications, s'est imposée à nous tant il est proche de certains thèmes abordés par Francis Berthelot, luvan, ou encore Lisa Tuttle.

C'est aussi un jalon important pour Mélanie Fazi dans sa quête et son acceptation d'elle-même.

Mélanie Fazi en parle (très bien) ici.

"Ni ouvrage militant, ni texte théorique fondateur, Nous qui n’existons pas est protéiforme. Réflexion artistique sur la musique, la littérature et le cinéma. Analyse psychanalytique et sociologique d’une différence et d’une souffrance profonde. Mais surtout le récit d’une vie, d’une acceptation et d’une recherche d’identification, de compréhension, puis finalement d’un coming out salvateur. [...]

Nous qui n’existons pas est un livre de doute, de questionnement, de découragement parfois. Mais c’est aussi pour moi un livre profondément lumineux, empli d’espoir et de bienveillance. Un livre dont le cheminement intellectuel et le processus de création a été accueilli sereinement dans l’entourage de l’autrice, et qui a libéré la parole sur les questions multiples et complexes que sont les identités de genre, l’asexualité et le rapport aux normes diverses et variées."

Pour lire l'intégralité de la critique de Paco, c'est sur Un dernier livre avant la fin du monde que ça se passe.

Et si vous voulez (re)lire le billet qui a tout déclenché, c'est par ...

Si vous êtes libraire, bibliothécaire, journaliste, blogueur ou blogueuse, vous pouvez réclamer ce SP.

Il y en aura seulement 10 en version papier. Ne traînez pas ! La version numérique est, quant à elle, disponible gratuitement et sans DRM depuis le 1er octobre.

N'oubliez pas de vous inscrire à la Dystonewsletter pour ne rien manquer des festivités.

On se retrouve le 10 du mois prochain pour le titre suivant...

 

Billets plus anciens