Dystopia

Ouverture des précommandes : Chants du cauchemar et de la nuit de Ligotti et Le Grand Midi des Rémy


Le mois d'avril va être beau !

Vont être à nouveau disponibles deux titres très attendus :

Côté Dystopia, Chants du cauchemar et de la nuit de Thomas Ligotti, recueil de nouvelles choisies, présentées et traduites par Anne-Sylvie Homassel.

Date de parution : 30 avril 2019.

Et côté Visage VertLe Grand Midi d'Yves et Ada Rémy qui n'avait jamais été réédité depuis sa parution en 1971 chez Christian Bourgois.

Date de parution : 15 avril 2019.

Vous avez jusqu'au dimanche 7 avril 2019 pour précommander ces deux livres et recevoir (ou venir récupérer à la librairie ScyllaLe Grand Midi dédicacé et tout autre titre des Rémy commandé par la même occasion. Vous pouvez bien entendu en commander un seul.

C'est le moment de compléter vos collections, profitez-en !

 

Léo Henry vous parle - 1


Lauréat de la première bourse d'aide à la création Dystopia, Léo Henry avait exposé son projet il y a quelques mois ici même.

Il viendra régulièrement nous en parler sur le Dystoblog :

"Le secret du Gros Livre Sérieux, c'est de mettre dix ans à l'écrire.

Et le secret, pour mettre dix ans à écrire un livre, c'est de lambiner en chemin !

Plus sérieusement, quelques nouvelles de H.G.O, le projet argentin pour lequel vous m'avez filé la Dystobourse (spoiler : elles sont globalement bonnes, il faudra juste être patient).

- j'ai obtenu en début d'été dernier une deuxième bourse pour ce bouquin, du CNL cette fois. Ça veut dire, mis bout à bout, un gros paquet de pognon dès avant d'avoir écrit la première page, et un confort certain pour mener le bouquin à terme – y compris pour la partie recherche sur place/expédition dans la pampa. Ça veut dire aussi un peu de pression et quelques comptes à rendre en plus. Ça me va.

- j'ai rencontré ici & là l'un ou l'autre dystomécènes, et chacun avait des choses à me dire sur ce projet, la bédé des années 70, l'Argentine, Oesterheld... J'ai vu s'ouvrir de nouvelles pistes, j'ai pris des notes. À côté de mon bureau, la doc s'accumule et j'ai très hâte de m'y mettre. Je continue d'agréger des trucs et suis super preneur de vos contacts, vos idées : je stocke ça dans un coin de mon crâne en attendant de plonger.

- j'ai totalement sous-estimé mon planning de l'année scolaire 18-19 et suis dans le boulot jusqu'au cou. Avec, d'ici à l'été, un atelier d'écriture au long cours, un roman à écrire de bout en bout et la promo de deux livres à assurer autour du monde (Hildegarde et L'Autre côté). J'ai cependant pris une décision importante : pour 19-20, je ne planifie rien. Ou plutôt : je prévois de ne rien mettre dans le planning. Évidemment, j'aurai des choses à faire en dernière minute, mais pas absurdement-trop-de-choses comme c'est le cas depuis deux ou trois ans. H.G.O. est la suite, l'importante suite de mon travail. Sauf explosion, je serai donc à la table en octobre au plus tard.

Merci pour la confiance, envoyez-moi du grain si vous en avez, de mon côté je vous tiens au courant dès que je commence à piocher.

L'éternité c'est long, surtout sur la fin : à bientôt, donc."

À noter qu'il signera son nouveau livre (ainsi que les anciens bien entendu) à la librairie La Dimension Fantastique vendredi 22 février à partir de 18 h.

Et du côté des Règles de la nuit, sous sa casquette d'éditeur, il vient de lancer une souscription pour le prochain projet de luvan : Troie. Tirage unique de 300 exemplaires dont 30 hors commerce. Vous voilà prévenus !

 

 

Réimpression de L'Apocalypse des homards de Jean-Marc Agrati : ouverture des précommandes

Fin février, nous recevrons la réimpression de L'Apocalypse des homards de Jean-Marc Agrati. C'était avec Chants du cauchemar et de la nuit de Thomas Ligotti (qui sera, quant à lui, réimprimé en avril prochain) un recueil en rupture de stock depuis bien trop longtemps.

N'hésitez pas à passer commande tout de suite pour compléter votre collection. Comme tout le reste du catalogue, vous pourrez le recevoir chez vous ou le récupérer à Paris à la librairie Scylla.

 

 

Dystopia soutient les éditions Scylla


La librairie Scylla et les éditions du même nom ont lancé une campagne de financement participatif il y a un peu plus d'un mois. 

Bienvenue à Sturkeyville de Bob Leman est un recueil de nouvelles et novellas fantastiques qui a besoin de vous pour exister. Dystopia soutenant logiquement la maison, vous pourrez trouver dès aujourd'hui dans les nouvelles contreparties l'intégralité de notre catalogue (qui sera de nouveau complet lorsque le livre de Bob Leman sortira fin 2019 ou début 2020 puisque L'Apocalypse des homards de Jean-Marc Agrati et Chants du cauchemar et de la nuit de Thomas Ligotti seront respectivement réimprimés en février et avril).

Vous pouvez d'ores et déjà télécharger ici une des nouvelles de ce recueil fraîchement traduite par Nathalie Serval pour vous faire une idée. 

Le premier tiers de la campagne vient de se terminer et 28,94 % de la jauge est rempli. 

Nous comptons sur vous !

 

30e critique de Nous qui n'existons pas


Pas une critique en soi, mais Nous qui n'existons pas de Mélanie Fazi devient le point de départ d'une réflexion sur "la représentation dans la pop culture" :

"Je ne ferai pas de chronique de ce livre. Ce n’est pas de l’imaginaire, ce n’est pas de la fiction. C’est écrit avec le cœur, avec sincérité, émotion. De comment notre personnalité, nos différences, peuvent influer notre écriture. De pourquoi c’est important de comprendre notre fonctionnement, mais que la société ne nous aide pas à les accepter. Si vous êtes curieux, si le sujet vous intéresse, je vous encourage à le lire."

C'est dans L'Imaginaerum de Symphonie.

 

28e critique de Nous qui n'existons pas


Chronique express de Nous qui n'existons pas de Mélanie Fazi sur Cat(s), books & Rock 'n' Roll :

"Nous qui n'existons pas est le premier livre de Mélanie Fazi que je lis. Je connais cette écrivain grâce à des articles de blog et j'ai offert un de ses livres à une amie, mais je n'avais jamais franchi le pas – alors même qu'elle écrit du fantastique, mon genre de prédilection! J'ai été très intéressée par cette publication à cause de son titre et de son sujet. Il s'agit d'une sorte d'autobiographie qui fait suite à un article de blog, Vivre sans étiquette. Mélanie Fazi y parle de la différence qui la met "à part" dans notre société et de la manière dont elle a essayé de l'apprivoiser, avec diverses évolutions au cours de sa vie et nombre de difficultés."

Pour lire la suite, c'est pas ...

 

27e critique de Nous qui n'existons pas


Spooky sur Ansible remercie Mélanie Fazi pour Nous qui n'existons pas :

"Grâce à son écriture fluide, sensible, Mélanie Fazi nous fait entrer dans son intimité, sans fard, à l'image, en quelque sorte, de ses récits de fiction, où se trouve d'ailleurs en filigrane son rapport tout particulier au romantisme. Encore une fois je me suis laissé emporter par sa plume, non sans être touché par le sujet. Quel calvaire a-t-elle pu vivre pendant ces décennies, où elle essayait de combattre ce sentiment tout particulier, où elle n'arrivait pas à mettre des mots sur celui-ci. Elle n'a d'ailleurs pas, à l'heure où elle a écrit son livre, trouvé de nom pour résumer, qualifier ou décrire cette situation. Qui n'est d'ailleurs pas si rare, Mélanie ayant reçu, suite à son blog, de nombreux témoignages d'affection, d'amitié, d'admiration, mais aussi de reconnaissance, pour avoir osé sortir de son silence et parler d'un sujet tabou. Elle n'est pas seule dans son cas. Et sa parole va peut-être permettre à d'autres de sortir de leur silence, de leur malaise et affirmer haut et fort leur condition. En leur nom, merci, Mélanie."

Pour lire l'intégralité de ce billet, c'est par .

 

Billets plus anciens