Connexion
Dystopia

Auto-Uchronia dans Bifrost !

Une très jolie chronique à propos d'Auto-Uchronia ou fugue en zut mineur de Francis Berthelot dans le dernier Bifrost, signée Eric Picholle :

« Ses admirateurs le savent depuis longtemps : Francis Berthelot est l'un des grands stylistes de l'Imaginaire français. Il nous revient ici avec une écriture légère et vibrante, un petit bonheur de lecture. Allez-y en confiance, ne serait-ce que pour le simple plaisir du verbe : c'est de la bonne came. »

Prix SGDL Yves et Ada Rémy des littératures de l'imaginaire

Un nouveau prix apparaît dans le paysage des littératures de l'Imaginaire : le Prix SGDL Yves et Ada Rémy "destiné à récompenser une œuvre de littérature relevant du domaine de l'imaginaire (science-fiction, fantasy, fantastique, merveilleux, dystopies…), quelle que soit la catégorie éditoriale dont elle relève (roman, BD, jeunesse, roman graphique…), publiée au cours des dix-huit mois précédant la remise du prix, ou bien une autrice ou un auteur pour l'ensemble de son œuvre."

Il est marainé par Ada Rémy, qui en est la fondatrice.

Toutes les informations sont à retrouver sur le site de la Société des Gens de Lettres, ainsi que la liste des membres du premier jury et la première sélection de 6 auteurs et autrices.

Et par ici, les romans et nouvelles de Yves et Ada Rémy publiés chez Dystopia et le Visage Vert.

Une chronique pour Philip K. Dick goes to Hollywood

ThémysR a lu et aimé Philip K. Dick goes to Hollywood, le recueil déjanté de Léo Henry réédité aux Règles de la nuit.

« J’ai particulièrement aimé la réécriture de l’histoire des Beatles, avec un John Lennon qui devient meurtrier, et Lemmy bassiste du plus grand groupe de tous les temps. Les lettres de Philip K. Dick sont à la fois décousues et intrigantes et la vie de Bobby Fisher presque aussi extraordinaire que la vraie histoire du champion d’échecs.

C’est un recueil court mais réjouissant à lire, idéal pour ceux qui aiment l’humour un brin décalé et les petites histoires dans l’Histoire.»

L'intégralité de la chronique est à retrouver sur le site Les chroniques de l'imaginaire.

Deux nouveautés du Visage Vert en précommande

Deux nouveautés du Visage Vert sont en approche !

Un roman, Chronique de l’enfant-loup, de Cristián Vila Riquelme, traduit de l’espagnol (Chili) par Philippe Muller.

« Ainsi, quand les carabiniers furent à moins de deux mètres de lui et que les chiens s’agitèrent à cause de sa proximité, il fit face à l’un des arbres qui le dissimulaient et montra les dents en poussant un grognement rauque. Les chiens commencèrent à aboyer, essayant inutilement d’arriver jusqu’à lui. Il joua à la perfection son rôle d’animal traqué et lança un cri déchirant lorsque les carabiniers le firent tomber à l’aide d’un lasso passé autour de son cou. Alors, les chiens hurlèrent, aboyèrent, s’élancèrent vers l’avant, le menacèrent, le mouillèrent de leurs pattes insolentes, l’entourèrent comme des policiers de l’autre monde. »

Et un essai, Histoire mythique de l’amérique de Lauric Guillaud.

« Avant même sa découverte, l’Amérique a été inventée. Elle a hanté l’imaginaire européen, les rêves et les croyances des naïfs, des fous ou des persécutés. Elle a été la terre des déracinés, des visionnaires et des utopistes, puis celle des colons puritains, convaincus d’être les « élus » de Dieu chargés d’y bâtir une Nouvelle Jérusalem. Il appartiendra ensuite aux Pères fondateurs de « recréer » un monde en Amérique, sous l’égide de la Providence, en abolissant le temps historique et en créant une « mythologie » nationale. »

Les deux titres sont à paraître pour le 1er février, mais vous pouvez déjà les précommander par ici, avec les précédents livres du Visage Vert : Catalogue.

Une chronique pour Yama Loka Terminus de Léo Henry et Jacques Mucchielli

Alors que Yama Loka Terminus, dernières nouvelles de Yirminadingrad, de Léo Henry et Jacques Mucchielli paraît en Folio SF cette semaine, voici un chouette retour de lecture par JMG sur le blog Diaspora galactique :

« Yama loka Terminus est sombre, poétique, parfois exigeant et difficile à saisir. Mais ces nouvelles sont d’une beauté incroyable et d’une puissance évocatrice rare. Une lecture incontournable de ce début d’année. »

Auto-Uchronia de Francis Berthelot dans Libé !

Une très belle chronique d'Hubert Prolongeau sur Auto-Uchronia ou Fugue en zut mineur de Francis Berthelot dans Libération du mardi 2 janvier 2024 !

« Et c’est là que Berthelot se venge de cette vie qu’on lui a trop imposée, en inventant ce qu’il serait devenu s’il avait dit «oui» à la proposition du libraire : amour partagé, initiation sensuelle, émancipation, rupture familiale… Le fantasme de cette nécessite d’un prince charmant salvateur pourrait faire sourire si elle n’était pas portée par une grâce permanente. Drôle, émouvant, Berthelot puise en lui-même de quoi réaliser un rêve commun à beaucoup : inventer ce qu’il aurait pu être. Il s’arrête à l’aube de ses 20 ans. On aimerait que, vérité ou uchronie, il poursuive ce chemin le long de ses souvenirs. Vrais ou faux. »

Nouvelle chronique pour Auto-Uchronia de Francis Berthelot

Mureliane a lu Auto-Uchronia ou Fugue en zut mineur de Francis Berthelot et son chouette retour est à lire sur le site Les Chroniques de l'Imaginaire :

« Les lecteurs habituels de l'auteur y retrouveront son style à la fois lyrique et précis, et reconnaîtront l'un des décors importants de Rivage des intouchables, par exemple, ainsi bien sûr que des types de personnages qui reviendront dans toute son oeuvre. Ceux-ci sont écrits avec tendresse, tout en douceur et nuances. Le long silence de l'écrivain Berthelot semble avoir rendu son écriture encore plus lumineuse, empreinte d'une grâce grave et ironique qui lui appartient en propre. »

Billets plus anciens